Banques。 «La formationdesélussyndicauxest必不可少»

19
05月

Uneétuderéaliséeuprèsdesbanques insiste surlerôledéterminantdu CHSCTpourprévenirlesrisques psychosociaux。

Àl'appuide l'étuderéaliséesarle Syndicat national des banques(SNB)sur l'étatdestressdesalariésdusecteur,Olivier de Cassagnac,avocat,ananalyséunecentaine dedocumentsédanddesdes directions et des instancesreprésentativesdupersonnel des banques:les accords,les documents uniques,les expertises CHSCT et lesinitiativeunilatéralesdesdirectionsremontésdescomitésd'hagiène,desécuritéetdes conditions de travail sur les risques psychosociaux(RPS)。 Son constat est sans appel:«Tropgénéralistes,nerépondentpasàlacirculaire de 2002 sur la partie des risques psychosociaux ...»Idem pour les accords dont«80%visentàfaireun diagnosticpourévaluerlesRPS»。 Et rares sont«ceux comportant desengagementsrécis»。 Quant au CHSCT,il est trop souvent court-circuitépuisque,contrairementaucomitéd'entreprise,il n'y a pas de CHSCT central dans les groupes。

«Les accords sont tropsouventantonnésàquelquesétablissements»,分析l'avocat,ajoutant«qu'il faudraitunemontéeenpuissance au travers d'expertisespouréviterladégradationdesconditions de travail»。 Àcellas'ajoute le besoin de reconnecter la question des RPS au«champdenégociationdesmesuresdepréventiondelapénibilité»。

Outrelerôlequepourrait jouer le CHSCT,Olivier de Cassagnac pointe le besoin de formation permanentedesélussalariés。 Le SNB se lancera dans une grande campagne de formation desesélusen2012.«C'est un sujetquidépasselessimples conditions de travail,quinécessitederenforcer l'analysispréventivedesrisques car il ne s'agit pasdenégociermais de mettre en place des mesuresdeprévention»,ajoute-t-il。 Au final,avec cesdeuxétudes,le SNBcompteétablirun«outilméthodologiquepouraiderlesélussyndicauxdans leur quotidien,afin d'aboutiràuneéelavancée»。

厘米